Un pied à terre dans le 10e

Reconstruction d’un pied à terre parisien.

Modification légère des volumes pour un travail sur l’ergonomie, le déplacement et la fluidité. Quatre pièces c’est peu pour 80m2.
L’accent fut mis sur les volumes qui sont spacieux et faciles à vivre. Le travail sur la lumière fut essentiel pour jouer sur les profondeurs de champs, laissant des volumes volontairement sombres (éclairage ponctuel) au profit d’un séjour lumineux sur lequel donne la cuisine, ouverte.
Un appartement emprunt de l’histoire de ses propriétaires, entre France et Asie.